Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:00

 

Monument place de la Victoire 

Le Monument aux morts de Trans-en-Provence a été érigé par souscription publique et inauguré le 30 avril 1922. Il est situé sur la place de la Victoire. L'architecte en est Emile Tardieu de Nice.

Il s'agit d'un obélisque de pierre qui porte en façade un médaillon de Poilu ainsi que les inscriptions commémoratives suivantes :
Au Poilu,
Honor.
Trans à ses enfants morts pour la France.
1914-1918.
Passant, salue ses braves.
Suivent les noms des victimes de la Grande Guerre par ordre alphabétique.
Sur une des face latérales est sculptée la Croix de guerre.
Voici les noms :
AUDEMARD Baptistin

AUDIBERT Joseph
AYCARD Lucien
BERAUD Emile
BREGONSUL Alfred
BRUNENGO Marius
CASTELLAN Marius
CLAPIER Célestin

CLAPIER Marius
DANYS Fernand

DEOUS Louis
ESTEQUE Paul
FELIX Marius
GAMEL Jean-Marie
GASTINEL Gabriel
GHIGO Louis
GUIOL Daniel
ISNARD Casimir
JUGI Pierre
LABROSSE Marcel
LAZARE Jules

LAZARE Victor

LIONS Adrien
LIONS Marius
MINGEAUD Victor
MIREUR Justin
ORGIAS Louis
PEYRON Ernest
REYNIER Hubert
ROUX Léonce
RUBIS Baptistin
TAÏS François
TRIPOUL Célestin
VINCENT Alexandre
 

Monument cimetiere

 

  Dans le vieux cimetière, une grande stèle, où figurent les noms de trente-quatre morts ou disparus, surmontée d'une croix a été érigée par

"La commune de Trans à ses enfants morts pour la France".

Sur cette stèle figurent aussi ceux qui ont été tués pendant la guerre 1939-1945.

DUHAA Roger

VANZI Joseph

MERLINO Pierre

DAUMAS André

MARTEL André

DAVID Raymond

 

Monument eglise

 

Dans l'église, une silhouette guerrière de Jeanne d'Arc prend place au centre d'un autel commémoratif de la guerre 1914-1918.
Les diverses batailles et dates importantes y sont mentionnées : 
La Marne 6-7 septembre 1914 ;
Nancy 5-12 septembre 1914 ; l'Yser 1-15 novembre 1916 ;
Verdun 22 février-novembre 1916 ;
Armistice 11 novembre 1918 ; Paix 28 juin 1919.
Les patronymes des disparus sont gravés sur des plaques de marbre placées de part et d'autre de la statue.

Source : L'art et la mémoire de 1914-1918 dans le Var. Sylvie Mattone-Vastel et Georges Meissonnier (Il fut l'un de mes amis, généalogiste averti et passionné par l'histoire de son village des Arcs-sur-Argens. Il est décédé il y a quelques années).

 

*******************************

 

 

  Mon arrière-grand-père maternel Paul Alexandre VINCENT (né le 21 novembre 1869 aux Arcs-sur-Argens) est inscrit sur le Monument aux morts de Trans en Provence. Il est décédé le 26 janvier 1917 à l'âge de 47 ans à l'Hôpital militaire Sainte-Anne à Toulon des suites de ses blessures alors qu'il était en service commandé dans la forêt du Dom avec son unité.

 Il est "Mort pour la France" selon la formule consacrée.
Il a laissé sa femme : Thérèse qui portera son deuil le restant de sa vie (elle mourra en 1959) et ses trois filles : Marguerite, Marie-Louise (ma grand-mère) et Irène qui deviendront Pupilles de la Nation.

 

Jun08180.JPG

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Anne d'Amico 08/11/2011 10:08


Coucou Nadine!
Une petite visite pour m'assurer que Trans n'a pas été le témoin de nouvelles dévastations au cours de ces journées de pluies diluviennes....
Gros bisous ma belle!


Anne d'Amico 03/11/2011 18:46


Les monuments aux morts font partie de notre patrimoine. Je m'arrête souvent à ceux dans les villages, je lis à voix basse les noms qui y sont inscrits.... j'ai ainsi l'impression de leur rendre
vie un moment, ils ne sont pas oubliés.....
Gros bisous Nadine!


Sandrine 02/11/2011 22:20


Merci Nadine ! Très intéressant. Gardons les dans notre coeur, ils sont morts pour que nous soyons libres.


Giselle PENAT-LABORDE 31/10/2011 08:21


Bonjour Nadine,

Les monuments aux morts font partie de notre patrimoine, tellement intégrés à nos villes et villages que certains ne les regardent même plus. Ces monuments sont de nos jours souvent méconnus. Ils
demeurent pourtant à plusieurs titres des témoins historiques, qu'il s'agisse de l'histoire des mentalités, de l'histoire de l'art, de l'histoire de la commune tout simplement : les noms gravés
traduisent le poids des guerres sur la vie locale quand ils ne sont pas aujourd'hui la seule trace de certaines familles.Ils rassemblent une foule de symboles.
La mémoire entre histoire et politique ..

Leur situation dans l'espace communal n'est jamais innocente: à proximité de la mairie, de l'école, de l'église, du cimetière, au milieu de la place publique.

Si le monument aux morts est bien souvent le lieu de l’identification avec les héros et le lieu de la justification de leur sacrifice, il est d’abord ce que les sculpteurs ont fait de la commande
et ce que les participants aux cérémonies feront ensuite de leurs œuvres.

Les noms rappellent les individus, leur redonnent existence, quand la disparition sur le champ de bataille les vouait au néant. Inscrire les noms, les lire, parfois toucher l’inscription comme on
le voit sur certaines photographies, c’est sortir les hommes de l’irréalité anonyme de la perte et du vide. La tragédie du courage, du martyre, de la mort, se partagent les monuments à sujets
sculptés, ces œuvres d’art au service du souvenir.

Qui n'a pas un arrière-grand-père, oncle, cousin, dont le nom figure sur un monument aux morts et le souvenir encore des "veuves noires" ?

Quelques sites dédiés aux Monuments aux Morts :

http://queutchny1418.canalblog.com/
http://pierre-yves.mancini.perso.neuf.fr/Monuments%20aux%20Morts/
http://www.actes23.fr/index.php?op=edito
http://www.verdun-meuse.fr/
http://www.beauzons.com/index.php/Cat%C3
%A9gorie:Monuments_aux_morts
http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/
http://moulindelangladure.typepad.fr/monumentsauxmortspacif/2007/11/jol-et-jan-mart.html

Merci Nadine pour ce beau témoignage.

Très sincèrement
Giselle