Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 00:00

 

Capture01.jpg

 

On constate souvent que l'on rencontre dans les cadastres modernes, c'est-à-dire ceux mis en place à partir du XIXe siècle, des erreurs commises dans la transciption de certains noms de lieux par le scribe d'alors. Il semble que dans la plupart des cas, ces erreurs soient dues au fait que les rédacteurs du cadastres étaient parfois étrangers à la Provence (ceci est valable pour les autres régions de France d'ailleurs) et que de ce fait ils ignoraient le sens des mots qu'ils transcrivaient. C'est ainsi par exemple que l'on peut citer une bévue relativement fréquente dans le cadastre de Draguignan, qui a fait transformer le quartier ou le chemin des ARENIERS (désigne des lieux sabloneux) en quartier ou chemin des ARAIGNEES (ce qui n'a rien à voir avec ces charmantes petites bestioles).

C'est ainsi que l'on peut citer le cas d'un quartier rural de Trans qui est identifié dans le cadastre sous le nom de "les EYSSARES". On se demande quelle peut être la signification de ce nom et on pense au mot français ESSART (désigne une terre que l'on a déboisée pour la défricher). Or, il n'en est rien. Le quartier dont il s'agit s'appelle depuis le Moyen-Age : LES SALLES. C'est sous cette forme qu'il figure dans les livres terriers (ancêtres des cadastres) depuis le XVIe siècle. Nota : A préciser qu'à Trans, le plus ancien livre terrier remonte à 1530. Ce noms des SALLES désignait simplement des maisons ou des bâtiments. Il existe dans le Haut-Var le village des Salles sur Verdon.

A Trans, donc, lorsqu'on allait aux Salles, on disait en provençal "ANA EIS SALLOS" "aller aux Salles" avec la tendance à donner à L un son intermédiaire entre L et R. Ce que le rédacteur du cadastre du XIXe siècle n'étant pas provençal a transcrit par les EYSSARES.

 

Sources : D'après un article paru dans la revue provençale Lou Terraire sous le titre : Une bévue du cadastre Transian : les Eyssares - Auteur : Guillaume Barles.

  barre-fleur13-1

Partager cet article
Repost0

commentaires

jcn54 23/04/2011 16:05


Bonjour Nadine
Je viens de passer un petit moment à feuilleter ton blog, tes articles sont passionnants!
Je te souhaite de joyeuses fêtes de Pâques ma chère Nadine.
Bisous.
JC


Sandrine 23/04/2011 15:32


Très intéressant, merci Nadine, et joyeuses Paques.


Giselle 22/04/2011 15:33


En réponse à ton post, Christiane, chère Dame Patrimoine, n'ai certes pas eu le temps de faire des recherches approfondies : en Allemand avons le terme de MENSA (Mensa Academica) - Mensa =
Restaurant universitaire, grande salle/réfectoire. Pas exactement le mot "MANS".Et peut-être rien à voir même si c'est une salle !
Je vais me renseigner auprès d'amis germanistes chevronnés, alsaciens, lorrains et Allemands aussi ..

MANSE : Habitation rurale importante - habitation rurale en fief au Moyen Age. Ancien occitan maizon, maijo, qui désignait au Moyen-Age une maison de maître, latin mansio, mansus, « maison, ferme,
domaine », gaulois *maes, *magen.
(Suisse Romande/Savoie) ?

Très sincèrement
Giselle


Christiane 21/04/2011 11:23


Bravo Nadine, pour ces (si vraies) précisions. Nous avons eu à Roquebrune, 2 chapelles nommées Notre Dame des Salles, puisque situées géographiquement dans deux espaces différents mais appartenant
tous deux à un regroupement de maisons, d'où le nom. On m'a dit qu'il se rapprochait d'un nom germanique, Mans, comme un gros bourg, une maison forte, qu'en pensez-vous? Bises. Christiane


Giselle 20/04/2011 08:29


En effet, ces erreurs "des scribes d'antan", pas toujours natifs de la région,et pour lesquels la langue provençale (en ce qui nous concerne) était une langue étrangère, dans les transcriptions des
noms de lieux, quartiers, rues et même parfois de famille (pour exemple des FOUQUE qui sont devenus FOUCOU, mais qui restent cousins forcément des autres ..) sont fréquentes et donnent ainsi
l'occasion de se pencher sur les archives avec de belles découvertes et pages d'histoire intéressantes.
Merci pour cet échange et ce partage.
Très cordialement
Giselle